7 conseils pour vous aider à réussir vos photos de vélo

James | septembre 10th, 2021
Photography by Martine Enselme

C’est en préparant notre article « où louer un vélo à Morzine » que le Farmhouse Morzine a découvert la photographe Martine Enselme. Elle travaille notamment pour Buzz Performance et ses cyclistes en action sur les routes de montagne autour de Morzine, plus loin dans les Alpes ou encore à Majorque. Martine a accepté de partager avec le Farmhouse sept conseils pour vous aider à réussir vos photos de vélo. Les voici:

Que vous soyez photographe amateur ou averti, vous avez peut-être déjà eu l’envie ou l’opportunité de suivre des cyclistes pendant une épreuve sportive ou un voyage d’un ou plusieurs jours.

Vous vous êtes alors sûrement demandé comment illustrer une telle aventure avec justesse et émotion. Dans l’article qui suit, je partage avec vous 7 enseignements tirés de mon expérience de 10 ans « dans les roues des cyclistes ».

1) Se préparer

Je m’efforce toujours de réfléchir à l’avance au fil conducteur qui me permettra de mieux m’organiser une fois les cyclistes en route. C’est une sage précaution, car les cyclistes roulent toujours plus vite qu’on ne le croit, même lorsqu’on les suit en voiture !

Voici quelques suggestions:

2) Composer sa photo :

Comment guider le regard à l’intérieur de votre photo pour partager ce que vous avez vu et ressenti ? Voici la façon dont je travaille :

Ces astuces ne sont bien entendu qu’un point de départ : à vous de les combiner à votre façon et avec votre propre style.

3) Raconter le voyage

Je m’attèle en général à raconter l’ensemble du voyage, et donc à saisir l’ensemble des moments qui raconteront une histoire pour les cyclistes que j’accompagne.

Une façon simple est de suivre le fil de la journée, dont les étapes peuvent être :

A vous maintenant de reprendre cette trame et d’y ajouter votre touche personnelle, ou d’inventer votre propre scenario !

4) Saisir les émotions

On passe par toutes sortes d’émotions pendant les longues heures passés sur son vélo, que l’on arpente les cols et pentes raides des Alpes ou d’ailleurs, que l’on roule en groupe sur le plat ou qu’on sprinte à la vue de la ligne d’arrivée.

Tour à tour, on sourit à ses supporters, on bavarde avec le groupe, on se sent seul dans un tunnel, on a froid dans le brouillard, on se relaxe lors d’une pause, on doit mettre pied à terre dans l’ascension de l’Izoard, on se concentre sur la route devant soi, on souffre dans les derniers mètres de l’Iseran, on motive un ami à la peine, on profite de la dynamique du groupe, on célèbre l’arrivée, on savoure un paysage… 

Autant de moments qui font la richesse d’un exploit cycliste, essayez de les saisir !

5) Même endroit, plusieurs points de vue

Certains endroits permettent une série de points de vue très différents les uns des autres, et ce depuis un espace restreint de parfois quelques centimètres seulement. 

Cela vous donne une opportunité unique de varier les photos sans avoir à trop vous déplacer. Cela permet de trouver des angles de vue différents des photos qu’on voit habituellement de certains lieux et, autre aspect non négligeable, d’optimiser votre temps.

Comment dénicher ces endroits ? Il faut les chercher ! Donc une fois arrêté quelque part, observez, regardez dans différentes directions, déplacez-vous de quelques centaines de mètres, grimpez sur un talus… En résumé, ne vous contentez pas de vous poster devant le capot de votre voiture.

Je vous encourage vivement à cette chasse aux points de vue, qui deviendra vite un jeu, et vous permettra de faire des photos qui sortent de l’ordinaire.

6) Chacun son truc : les tunnels

On a tous des sujets fétiches qu’on ne peut pas s’empêcher de photographier. Pourquoi ces sujets plus que d’autres ? Sans doute une question de personnalité.

Il y a au moins deux bonnes raisons de les photographier : les cyclistes apprécieront de les retrouver parmi les souvenirs de leur voyage, et vous vous amuserez à les prendre en photo.

Dans mon cas, j’ai un faible pour les tunnels. 

Ils reviennent en effet souvent dans les conversations entre cyclistes : dans les conseils avant le départ pour les aborder avec prudence, et aussi dans les discussions d’après course car il y faisait humide ou vraiment sombre et que le bruit des motos y était assourdissant.

Et c’est à mes yeux un régal photographique : on y trouve des ambiances froides, des jeux de lumière, des contrastes et des reflets… c’est un sujet fascinant que j’essaie souvent d’inclure dans mes photos.

Vous aussi avez sûrement un truc qui attire votre œil. S’il s’intègre bien dans l’histoire du voyage, faites-vous plaisir et ne vous en privez pas.

7) La touche finale

Faut-il éditer ses photos ? C’est un choix personnel et vous pouvez tout à fait décider de ne pas le faire. Cependant, un ajustement même minime du contraste, de la luminosité, des couleurs, éventuellement un recadrage, ajouteront sans doute du peps à vos images.

Éditer ses photos permet en outre de donner une interprétation plus personnelle. C’est le cas notamment avec le noir et blanc que j’utilise régulièrement. Sa sobriété met en avant les éléments essentiels comme les formes, les contrastes, les textures ou les expressions d’un visage. C’est une très belle façon de renforcer le message d’une photo.

Comment procéder ? Pour les photos numériques, il existe de nombreux logiciels et applications d’édition. 

Sur un iPhone par exemple, vous pouvez utiliser un filtre pour convertir une photo en noir et blanc. 

Si vous postez vos photos sur les réseaux sociaux, des filtres sont proposés au moment de les publier. Certains, comme sur Instagram, ont un bon rendu. 

Pour ma part, je travaille principalement depuis un logiciel d’édition (Adobe Lightroom) : j’utilise les filtres prédéfinis comme inspiration, puis je fais mes propres réglages jusqu’à créer une photo qui soit vraiment unique et parfaitement à mon goût.

J’espère que ces 7 principes vous seront utiles dans vos aventures cyclo-photographiques. Et maintenant, à vos appareils et faîtes-vous plaisir !

N’hésitez pas à contacter Martine pour plus d’information sur ses reportages personnalisés ou ses ateliers photo. Ellee réalise également des photos Fine Art de la région du Léman et des Alpes.

Share this article